L’Historique du Taï-Do

Naissance du Taï-Do :

Dans les années 1970, les arts martiaux japonais étaient en plein développement et régulièrement, de nouvelles disciplines apparaissaient avec toutes le même objectif : la compétition.
Maître CASSOL observe en tant qu’enseignant, les conséquences néfastes chez l’enfant, l’adolescent et même l’adulte que peuvent provoquer une défaite alors même que cette même personne se défendait très bien durant les cours.
Ainsi, Robert CASSOL se sentait de plus en plus mal à l’aise à cette idée de former des « champions », exigence imposée par les différentes Fédérations : la formation de champions prenait le dessus sur la recherche, le développement personnel, la réflexion sur l’apprentissage de la connaissance de soi.
Dès lors, Robert CASSOL a repensé l’art martial avec l’état d’esprit, la culture occidentale qu’est la sienne, tout en tenant compte en permanence de cet esprit oriental des arts martiaux. Il a observé et discuté avec ses Maîtres japonais, et tout particulièrement Maître MOCHIZUKI, mais aussi réfléchi au sujet de la culture et de la philosophie orientale tout en continuant à observer ses pairs.
 
Dès 1974, par l’observation et l’évolution des comportements des hommes et des femmes, par son expérience du tatami, il essaya, affina ses recherches auprès de ses élèves et c’est ainsi que peu à peu se mit en place une nouvelle méthode de défense.
C’est en 1976, après deux années de recherche et d’application, qu’il décida d’annoncer officiellement la naissance d’un nouvel art martial : le Taï-Do. Cette nouvelle Voie permettait de faire découvrir aux pratiquants leurs richesses intérieures.
En créant sa propre discipline, il remet au 1er plan cette situation qui doit nourrir, en principe, chaque pratiquant d’art martial : « l’essence des arts martiaux ne réside ni dans la force, ni dans la technique mais repose au plus profond de chaque être humain, aussi dépourvu de capacités soit-il »
Il n’y a pas d’exclus dans le Taï-Do, il n’y a pas de “bons” ou de “mauvais”, mais des hommes et des femmes qui, selon leur morphologie, leur personnalité, leur identité vont trouver en eux-mêmes, grâce aux “outils” du Taï-Do, une certaine assurance, une certaine confiance leur permettant d’aborder les situations de manière paisible.

 

Les valeurs du Taï-Do

•    Le Taï Do s’appuie résolument sur des valeurs qu’il entend développer.
•    Le sport est en effet un merveilleux outil d’apprentissage de la liberté entendue au sens social. Donnons-nous et donnons aux jeunes le « pouvoir d’agir » selon leur propre détermination dans la limite des règles définies.
•    La liberté ainsi vécue dans notre organisation sportive contribue à l’apprentissage de la responsabilité de la citoyenneté, l’éthique sportive et humaniste.
•    Le sport est l’évidence, une activité démocratique où les acteurs ont le même rang, ont les mêmes droits, les mêmes devoirs, quel que soient leur sexe, leur race, leur origine sociale…
•    Respect des autres, tolérance, camaraderie, convivialité, épanouissement et solidarités collective.

Les commentaires sont fermés